Deux semaines en Guadeloupe

Suite de mes aventures qui avaient démarré dans le stress (voir cet article). Les premiers jours ont été plutôt cools, je me suis mise au rythme local : peace and relax.

Dimanche

Première journée, je vais faire des courses (c’est cher le camembert ici!), puis plage avec les gentils proprio de mon airbnb. Plein de crème solaire (parce que je suis plutôt pâle comme fille, couleur fantôme, dans ces eaux-là, vous voyez?), un tour dans l’eau, un livre et une sieste.

Le soir, le proprio m’emmène au ponton de l’impasse dans laquelle je loge pour me montrer un sublime coucher de soleil.

Lundi

Je vais faire un tour à Point-à-Pitre. Architecture coloniale, smoothie, achat du billet pour Marie-Galante, reste des ouragans sur les trottoirs, diner et retour à Gosier (où je loge).

L’après-midi, je me rend au ponton pour faire un peu de bronzette et nager tranquille mais…c’était sans compter sur un oursin qui s’est dit qu’il allait me planter ses épines dans le pied. Ouch ça fait pas du bien. Je sors le pied de l’eau et vois une dizaine d’épines de plusieurs centimètres plantées dans mon pied, du talon aux orteils. J’arrache ce qui peut l’être et rejoins la rive. Mes chaussures au pied (vu le chemin chaotique pour retourner à l’appart, pas le choix) qui se teintent d’un jolie couleur rouge au bout de 5 minutes de marche, je fonce à la salle de bain et je sors ma pince à épiler. Une épine, deux épine, mais les 7 autres refusent de sortir et une jolie bosse d’un bleu-mer-des-caraïbes se forme doucement…

Toc toc toc « bonjour monsieur le propriétaire, j’ai marché sur un oursin et ça fait mal et j’arrive pas à enlever les épines », clé-voiture-pharmacie, « bonjour madame la pharmacienne, j’ai marché sur un oursin et ça fait mal et j’arrive pas à enlever les épines », crème-désinfectant-pince à épiler « non j’ai déjà merci » et deux jours sans pouvoir marcher.

Ma vie est si belle.

Mardi

Ponton et admiration des vols de pélicans. Plage.

 

Mercredi

Sainte-Anne en bus, pas trop de marche avec ce pied meurtri, du shopping de touristes (il faut bien…) et de la plage (la plus belle). Ah oui…et aussi un malaise à cause d’un mojito beaucoup trop fort et d’une température beaucoup trop élevée…

Jeudi

Après une heure de traversée digne du Vampire à Walibi et un estomac très fier d’être resté droit, j’arrive sur Marie-Galante où A m’attend avec une voiture de location pour la journée.

Deux des meilleures distilleries de Guadeloupe se trouvant sur l’île, le rhum sera le mot-clé de cette journée. Un peu déçue par l’absence de visite ou d’explication sur la fabrication de cet alcool mais les boutiques se rattrapent et je rentre avec de quoi faire des mojitos (et une petite flasque pour les collègues).

On s’arrête dans les petits villages autour de l’île, des vues sur la mer plus belles les unes que les autres, un repas de midi dans un restaurant digne du paradis, une plage presque déserte (avec juste un chien qui nous accompagne dans notre sieste).

Vendredi – Samedi – Dimanche

Trois jours pour se reposer et vivre au rythme des vacances. Un tour en ulm, une sieste (ou plutôt 3), de la plage et l’îlet gosier (décors de film).

 

Lundi

Si j’ai appris à être zen et à me détendre pendant la première semaine (excepté pour l’arrivée), ce jour-là a été extrêmement difficile pour les nerfs. Je ne veux pas dire du mal des gens donc je resterai vague : la location d’une voiture n’est pas aussi simple qu’il y parait.

Finalement, après environ 4 heures de débâcle, nous nous retrouvons en direction d’une attraction qui ne vaut pas la peine : le Jardin Botanique. 16€ pour voir des plantes et un perroquet. Argent gaspillé, autant se balader dans la foret. Ce que nous avons d’ailleurs fait en s’arrêtant à la cascade aux Ecrevisses ainsi qu’à la Maison de la Foret qui offre une petite randonnée dans la nature presque totalement sauvage.

 

Mardi

On a commencé la journée par la visite de la maison du Cacao qui fut très instructive et surtout interactif (en gros on mange du chocolat à toutes ses étapes de fabrication et ça c’est cool). On est revenu avec pas mal de chocolat (heureusement qu’on avait prévu la glacière) et on est content d’en avoir dans nos tiroirs belges (même si la Belgique reste LE pays du chocolat).

Nous sommes ensuite allé faire un tour à la réserve Cousteau qui m’avait été conseillée par les propriétaires pour prendre le Nautilus (25€ qui valent la peine si vous ne comptez pas snorkeler), un bateau à fond de verre pour voir les fonds marins sans se mouiller. A la fin du tour, on nous propose un peu de snorkeling et on a tellement aimé ça qu’on s’est dit qu’on reviendrait le lendemain !

Pour finir la journée, découverte de DesHaies qui, à mon grand plaisir, est le lieu de tournage d’une partie de la série « Meurtres au paradis » que j’a-dore (je souligne bien le fait que j’adore). C’est d’ailleurs cette série qui m’a donné envie de venir en Guadeloupe (et tous les reportages que j’ai vu après).

 

Mercredi

On a commencé la journée par le snorkeling pour être sûr de ne pas le louper et se fut un beau moment (25€ pour la location du matériel et 2h30 de sortie en mer). Bien que nous soyons accompagnés par d’autres personnes (mais qu’est ce que tous ces gens font toujours dans nos pattes?), nous avons pu voir des poissons se balader entre nos doigts de pied, je me suis cognée violemment la tête contre la coque du bateau (#thisismylife), j’ai bu la tasse environ 14 fois (parce qu’il faut s’habituer au tuba), et A s’est brûlé le dos. Mais en vrai c’était génial! Un grand moment!

Immortaliser par mon merveilleux téléphone Waterproof (mais non garanti) qui a tenu et qui est encore comme neuf malgré une petite frayeur.

 

Jeudi

Dernière journée en Guadeloupe un peu décevante mis à part la 1ère étape.

On voulait faire une petite randonnée dans la fôret. Alors on a pris la grand route, puis une petite qui monte, puis une qui monte encore plus (j’ai cru que la voiture allait se retourner), puis une route en puzzle, puis un pont pas très stable, c’était déjà l’aventure. Sauf que plus on montait, plus il y avait d’humidité et on a fini dans un nuage pendant qu’il pleuvait (vous imaginez un peu?). On fini par garer la voiture dans un immense parking désert et on est parti pour la rando. 5 minutes plus tard, des escaliers pas très stable et des sentiers mangés par les racines des arbres, nous nous retrouvons face à un torrent qui s’est dit que la route c’était pas mal pour changer un peu de son lit habituel. Du coup demi-tour et on reprend la route en puzzle, le pont pas très stable, la petite route et puis la grand route où le soleil était bien présent !

Nous nous sommes ensuite rendus à Basse-Terre. Arrêt inutile, nous sommes vite rentrés au Gosier pour pouvoir aller faire des emplettes dans une petite échoppe bio que j’avais vu le jour de mon arrivée à l’entrée du bourg.

 

Vendredi

On est rentré à Bruxelles avec moins de problèmes qu’à l’aller à part des embouteillages (mais est-ce qu’on est à une heure près de toute façon?).

Pour les plus belles photos de mon voyage, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s