Une arrivée compliquée en Guadeloupe

Aujourd’hui, il pleut. Il drache. Il déluge.  Je suis dans l’appart et j’attends que le soleil revienne. Je me suis donc dis, pourquoi ne pas mettre ce temps à profit et vous raconter un peu comment se passent ces vacances de rêve ?! Je commence par un article sur le transport jusque là : histoire pleine de rebondissements !

Train

Habitant à Bruxelles, nous avions décidé de prendre le billet train-navette-vol au départ de Bruxelles Midi. Évidemment, les choses ne sont jamais aussi simples dans la vie que sur le papier donc, arrivant une heure en avance, je déambule dans la gare à la recherche du fameux comptoir AirFrance qui n’est accessible qu’aux initiés du genre « je résous un Rubik’s cube en 27 secondes ».

Une fois mes billets de train, de navette et d’avion en main, je me dirige vers le quai indiqué et j’attends. Dans le froid et le vent de ce beau matin de fin novembre. Jusqu’à ce que A (A pour ami mais aussi pour la 1ère lettre de son prénom) arrive et me dise qu’il est sur le quai…d’en face, parce que le train avait été déplacé. Je reprends mes bagages (lourds bien sur, pour deux semaines!) et je refais le tour du monde (l’escalator étant cassé sinon c’est pas drôle) pour atteindre le quai.

Le train arrive à l’heure (miracle?) donc nous montons, après avoir bien demandé si c’était le thalys pour CDG. Cinq minutes plus tard : « vous allez à Paris CDG? Ce ne sont pas les bonnes voitures il faut aller à l’avant du train »… Je reprends mes bagages, on se dirige vers les voitures de tête et, bien entendu, la voiture 11 est touuuuut derrière. En route… mais?! le train ne va que jusqu’à la voiture 8?! « Ah oui, en fait il n’y a pas les 1 devant les chiffres donc la 11 c’est la 1ère voiture » (Je vous hais).

Finalement dans le bon train, la bonne voiture et le bon siège, on souffle. On souffle longtemps… mais il part pas le train en fait? « En raison d’un caténaire cassé, tous les thalys et eurostar accuseront un certain retard » [Stress]

Il part doucement, s’arrête beaucoup en cours de route, on sort téléphone et ipad pour essayer de décrypter comment atteindre la navette vers Orly, trois plans différents et un gentil monsieur qui nous explique plus tard : on pense avoir trouvé.

Navette

Commuters in modern train stationArrivé à CDG, on court (toujours avec les bagages très lourds sur ma petite épaule),  on ne se perd presque pas mais on rate la navette de 3 minutes et on pleure. Parce qu’il est 12h30, que la prochaine navette est à 13h, qu’il faut 1h15 pour atteindre l’aéroport et que la porte d’embarquement ferme à 14h… Vous avez fait le calcul? Nous aussi et on a pleuré.

La navette arrive, après 18 questions de ma part du genre « on va partir à l’heure? On part bientôt? Quand est ce qu’on part? », le chauffeur me dit « 9 secondes mademoiselle! » Ok 9 secondes c’est un délais acceptable. Après tant de stress et une certaine certitude de rater l’avion (en plus d’une nuit fort courte), je m’écroule de fatigue et dors sur une grande partie du trajet (heureusement parce qu’il y avait des bouchons, je serais devenue folle!).

Aéroport

IMG_0306On arrive à l’aéroport (14h20), je suis dehors avant que quiconque ne soit levé de son siège, j’ouvre la porte des bagages, je saute dedans et jette tous les bagages jusqu’à atteindre les miens, je donne le sien à A et on court. On couuuuurt et on voit le type qui ferme la porte d’enregistrement des bagages [ralenti de film américain] NOOOOOOOOOOON « Monsieur svp, thalys, retard, caténaire, bagages, pitié » [scroutch scroutch dans le talkie walkie] « Vous vous êtes enregistrés à Bxl? »  » oui oui, on a nos billets! » « Ok allez-y » OUIIIIIIIIIII

Enregistrement des bagages, course vers le contrôle des bagages cabine, jamais été aussi vite pour ouvrir la valise, sortir ipad, ordi, appareil photo, enlever ceinture, chaussures, manteau, refermer l’ensemble et repartir vers la porte d’embarquement.

Enfin, dans l’avion, côté hublot (j’avais payé pour), avec un écran de télé qui fonctionne moyen mais au moins, on est dedans et ça, c’était franchement pas gagné!

3 réflexions sur “Une arrivée compliquée en Guadeloupe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s