Road Trip en Normandie : de Lille à Fécamp

Démarrage sur des chapeaux de roues le jeudi matin pour rouler quelques centaines de km jusqu’à notre première étape Normande : Le Tréport. 

Le Tréport

J’avais plus ou moins calculé pour arriver pour manger, j’aime quand les choses se déroulent d’elles-mêmes. Après un passage rapide à l’office du tourisme (qui ferait bien de se trouver plus proche du port) pour récupérer une carte de 2m(que j’ai tôt fait de plier en 12 pour n’avoir que la partie qui m’intéressait) nos estomacs criaient famine et le premier restaurant nous proposant des moules au roquefort nous a accueillis. 

Un petit resto de bord de mer sans prétention, une brasserie conviviale avec vue sur le port, une bouteille de cidre plus qu’honnête et des moules de bouchot pleines de roquefort : on dit oui. Excepté les frites qui ne sont définitivement pas une spécialité française, quoi qu’en dise les américains et leurs « French fries »!

46492941_784999475171031_5423190797329629184_n

Cette première journée n’était pas la plus belle point de vue météo et Anthony a vite regretté son enthousiasme à ne prendre qu’un pull. Avec le vent de l’Océan, la brume humide propre à cette belle région et l’absence de veste ou de bonnet, je me demande encore comment il n’est pas tombé malade!

Nous nous sommes baladé tous les trois dans la vieille ville, nous avons pris le funiculaire (gratuit). Il a été inauguré en 1908 et avait, à l’époque, des wagon en bois (ce qui aurait été plus pittoresque que les modernes d’aujourd’hui). Il avait été construit à la base pour que les riches et bourgeois clients du Grand Hôtel Trianon ne doivent pas se fatiguer pour aller jusqu’à la plage et en revenir (dixit la meuf qui fait pas  de sport, je sais). Détruit à la seconde guerre mondiale, il aura fallu attendre 2006 pour que la ville le remette totalement en état (même s’il a fonctionné quelques saisons dans les années 60). En gros : à faire!

Du haut, on a une vue sublime sur les falaises de calcaire qui nous suivront tout le long de la côte. 

 

Dieppe

On reprend ensuite la route pour Dieppe, petite ville à la grande plage, au passé tumultueux (WW2) et au château moyenâgeux. Ville de contraste, vous vous sentirez un peu en Belgique avec des rues parsemées de petits joyaux centenaires, de moches bâtisses modernes, de grand casino froid, … Nous nous sommes promenés le long de la plage, sous les rafales de vent et la pluie qui ne demandait qu’à s’intensifier. Montés jusqu’au château pour n’avoir qu’une vue fragmentaire de la ville en raison des arbres et descendus en se perdant un peu (sinon ce n’est pas drôle) dans des rues pas vraiment enchantées, Dieppe nous laisse un goût amer. 

La seule bonne surprise de la ville : un petit magasin de produits régionaux où nous avons pu gouter du calvados (beaucoup trop fort pour moi) et du cidre de glace! Spécialité québécoise, la région se l’est doucement approprié (ça reste le pays des pommes) et en propose un peu partout (même au Leclerc, bio et local!). 

Le cidre de glace : les pommes sont récoltées en automne, on les presse en hiver, le jus est entreposé à l’extérieur dans le froid (Canada oblige). L’eau va geler et se séparer du sucre, on retire l’eau congelée et ce qui reste est beaucoup plus fort et sucré. Je vous le conseille!

IMG_5269

Après cette parenthèse pleine de bouffe, nous avons couru à la voiture parce que la drache s’était violemment invitée sans nous prévenir (on est en Normandie et le ciel était gris depuis la matinée certes, mais on est parti sans parapluie et le sourire aux lèvres parce que la vie c’est cool mais que parfois on n’est pas très prévoyant). Heureux d’être au sec, content de nos achats, c’est reparti pour la prochaine (et dernière) étape de la journée.

Fécamp

Plus grosse ville de la journée, nous y allions principalement parce que le logement que nous avions choisi à Etretat a finalement annulé (bisque! bisque! rage!). Je ne comptais pas les emmener là mais finalement le destin en a décidé autrement et j’ai eu la chance de trouver sur leboncoin un nouvel objectif pour mon appareil photo pour upgrader un peu cet ensemble que j’ai déjà depuis deux ans. Un bel objectif pour des plus belles photos (en Normandie mais surtout pour mon voyage aux USA). Nous avons un peu couru pour arriver à temps à la visite du Palais Bénédictine qui est à faire pour l’architecture, les grosses clés (qui ont beaucoup plus aux garçons #cliché), les caves explosives (littéralement) et la dégustation (surtout la dégustation).

Cette nuit là, nous dormions dans une petite maison digne de Shining. On a beaucoup ri, les propriétaires étaient adorables mais la déco, le mobilier, l’ambiance générale, les chambres d’arrières-grands-mères, … tout ça ne m’a pas rassurée quand je me suis retrouvée toute seule dans mon lit avec les deux idiots qui marchaient pour faire craquer le plancher ou qui murmurait mon nom de l’autre coté du couloir. Qu’est-ce qu’on se marre…

IMG_5396

 

Infos pratiques : 

  • Resto au Tréport : L’Univers, 29 Quai François 1er
  • Magasin régional à Dieppe : Les 3 conserveries
  • Palais Bénédictine à Fécamp : 12€ avec dégustation plus d’infos

Une réflexion sur “Road Trip en Normandie : de Lille à Fécamp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s